Le blog des mots bleus

Le blog des mots bleus

Soirée Palestine au foyer du Roc

 

En souvenir d'une soirée partagée avec l'association Slamabien, en solidarité avec la Palestine. La soirée était riche, nos adhérents plein de créativité, ce n'est qu'une première sélection de textes et de photos, à suivre.

 

                                   

                                              Au plus profond de moi                                                                                                            

 

Je porte le peuple dans mon coeur

Lá oú il va,

Je vais.

Lá oú il est

Je suis

Pour lui,

Je crache du feu dans les idées

J’allume les mots

De faisceaux lumineux

Qui éclairent l’óbscurité

Source de l’esclavage.

En lui

Je réveille des volontés

J’attise le feu du vent

Pour qu’il propage des vérités

Pour qu’á chaque endroit

Pour qu’á chaque moment

Quand le peuple est à terre,

à l’agonie

Il se dresse

Pour combattre

Et pour Vivre.

 

José Manuel Bento Sampaio, « O GRITO », 1973.

 

 

 

Citação / Citacion

 

 

 

A criança portuguesa é excessivamente viva,

 

 inteligente e imaginativa.

 

 Em geral, nós outros, os Portugueses,

 

 só começamos a ser idiotas

 

- quando chegamos à idade da razão.

 

 Em pequenos temos todos uma pontinha de génio.

 

Queirós , Eça – “Cartas de Inglaterra”

 

 

 

 

 

L'enfant portugais est excessivement vif,

 

 intelligent et imaginatif.

 

 En général, nous, les Portugais,

 

 commençons à être idiots

 

– en atteignant l'âge de raison ;

 

 alors que petits,

 

 nous avons tous une touche de génie.

 

 Il faut être toujours ivre. Tout est là: c'est l'unique question.

 

Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules

 

 et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

 

   Mais de quoi? De vin, de poésie, de vertu, à votre guise.

 

 Mais enivrez-vous.

 

   Et si quelquefois, sur les marches d'un palais,

 

 sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre,

 

 vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue,

 

 demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge,

 

 à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule,

 

 à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est;

 

 et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront:

 

 "Il est l'heure de s'enivrer! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous;

 

enivrez-vous sans cesse! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise."

 

Baudelaire: Petits poèmes en prose, XXXIII (1869)

 

 

 

 




11/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres